Le est importante. Il faut que le

Le handball
est un sport collectif qui se pratique dans des salles couvertes à l’inverse du
passé où la partie se déroule à l’extérieur. Il se pratique avec un ballon dont
les mesures sont 50 à 60 cm de circonférence et d’un poids  entre 450 et 475 g pour les hommes, par
contres pour les femmes sont de 54 à 56 cm de circonférence et de 325 à 400 g
de poids.

Les mesures
du terrain sont de 20 mètres  par 40 mètres,
alors que la durée totale du match est de deux périodes de 30 minutes séparées
par une pause de 10 minutes.

We Will Write a Custom Essay Specifically
For You For Only $13.90/page!


order now

Par équipe
on a sept joueurs, six joueurs bien répartis : un pivot, un demi-centre,
deux arrières, deux alliés et un gardien de but ; pour les remplaçants on
autant qu’on veut.

Le handball
se pratique suivant des règles connues à l’échelle internationale, ces règles
seront présentées plus tard dans notre étude.

·        
 

II.
FONDAMENTAUX THEORIQUES DU HANDBALL.

·       
II.1. L’enseignement de handball
pour les jeunes de (9-10 ans) à l’école.

L’élément
essentiel dans ce jeu est le ballon.
La
concentration de l’enfant sur le ballon est primordiale, il doit jouer
seul, dribler beaucoup et appeler pour l’avoir quelque soit son
emplacement.
Pour
l’enfant le plus important est de jouer et de gagner.

Il
doit se déplacer sur tout le terrain.
L’enfant
doit être à tout moment disponible et ce par le démarquage.
Les
passes et l’échange de ballon sont nécessaires pour progresser vers le
but.
Toute
l’équipe doit participer au marquage de buts.

La
 récupération de la balle en défense
est importante.
Il
faut que le changement de statut ( attaque/défense) soit rapide.
Une
fois le ballon est perdue il faut s’organiser  pour agir.
Tous
les joueurs doivent passer par le rôle de gardien de buts.

Le plus importants est
le développement des capacités motrices pour les écoliers de (9-10ans), pour
cela il faut faire  le maximum de divers
exercices à savoir :

Les
différents types de courses en avant, en arrière, en latérales et  sur un pied,
Les
changements de rythme et de direction,
Les
différents sauts sur un  pied, sur deux
 pieds,
Les
différente manières de la manipulation de la balle (lancer, attraper,
dribler),
Les
enchaînements d’actions (courir/lancer, courir/recevoir, sauter/tirer),
La
capacité de faire des tirs lointain du gardien de but et à rebond,

L’occupation
de l’espace du jeu,
 La participation  à l’action en courant  vers le but,
La
proposition de  solution à celui qui
a le ballon,
La
prise d’un maximum d’informations sur l’ensemble des joueurs pour assurer
une meilleure passe,
Priorité
de faire de petites passes que de longues,
La
rapidité de récupérer le ballon,

A cet âge il est important de:

Leur
apprendre la notion de groupe et qu’ils doivent jouer ensemble,
Leur
apprendre à respecter les adversaires, les arbitres, les entraineurs et
une meilleure application des règles du jeu,
Apprécier
les bonnes actions et encourager les élèves dans toutes les situations,

Développer leur envie de jouer,

Pour
bien mener l’apprentissage il faut construire des séances d’entrainement,
La
séance doit être diversifiées et constitue beaucoup d’actions ( motricité,
tir, réception …),

Les situations d’entrainement doivent être
alternées sur petit et grand terrain,
Valoriser les meilleurs et encourager les
faibles.

Pour cela et pour bien mener ses taches,
l’enseignant doit construire un module d’apprentissage qui définit :

Les contenus
d’enseignement qui sont organisés en modules d’apprentissage. Le module
d’apprentissage constitue à la fois un cadre méthodologique et une unité de
temps permettant de structurer l’enseignement afin de proposer des séances qui
s’articulent entre elles. Pour que les élèves construisent des apprentissages,
progressent, stabilisent et mesurent leurs progrès et acquis, il convient de
prévoir un minimum de 9 à 10 séances. Le module d’apprentissage comporte une
séance d’évaluation diagnostique (situation d’entrée dans l’activité), des
séances pour apprendre, progresser et stabiliser des acquis, une séance
d’évaluation sommative et une séance de valorisation des apprentissages et de
l’enseignement.

L’enseignant doit
préparer un document descriptif des taches à effectuer pendant une période bien
déterminée, il s’agit d’un projet à réaliser avec les élèves à sa disposition.
Le contenu est  organisé en modules
d’apprentissage. Il doit planifier des séances avec des objectifs à atteindre
du coté physique, mental et compétences.

Au début de chaque
séance :

 – l’enseignant doit évaluer la séance
précédente,

 – Il doit s’assurer que toutes les conditions
de la réussite sont réunies et surtout les conditions matérielles,

  – Il annonce aux élèves le début de la
séance, le but de l’aménagement de la tache proposée, les opérations à exécuter
et le but à atteindre.

 – Entamer la nouvelle séance par
l’échauffement en rapport avec l’activité à enseigner,

A
la fin de la séance, l’enseignant fait le bilan avec les élèves âpres un retour
au calme physiologiques en fin une vision pour la ou les prochaines séances.

Conclusion.

L’activité physique a
des bienfaits pour les jeunes enfants dans tous les contextes familial et
scolaire.

Parmi les acquis que
peut avoir les jeunes est l’amélioration de leur physique, de leurs états
musculaires et leurs  comportements
envers eux-mêmes et les autres. Ils doivent accumuler par jour au moins une
heure d’activité physique avec une intensité modérée car ces séances d’activité
sont bénéfiques pour la santé.

La
pratique de ces activités chez les jeunes doit être appliquée d’une manière
appropriée, en plus des bienfaits physiques, l’éducation physique et le sport
ont des effets positifs sur l’état psychologique et social des jeunes

 

II.2. Base psychologique et physiologique de  l’enfant de neuf à dix ans.

L’enfant de 9 à 11
ans  acquiert un sens moral qui influence
ses règles de vie et le jugement qu’il porte sur autrui. L’apparition des
relations amicales marque un tournant dans sa vie affective. Il s’investit
davantage dans un mode relationnel moins passionnel.

L’objectif
de cette étude  est de fournir aux jeunes
enfants (9-10 ans)  des connaissances du
jeu  à travers le processus d’étude
théorique qui lui  permet  d’identifier les compétences de base du jeu
et sa prise de conscience de son importance dans son développement physique,
ainsi l’amélioration d’exécution des différents exercices que nécessite un jeu
de hand-ball à savoir les modes d’attaque et de défense et surtout une idée
globale sur le fonctionnement de ce jeu, on peut ainsi étudier la base
psychologique et psychique de l’enfant de 9 à 10 ans.

On va
s’intéresser en premier lieu par :

II.2.1  Base psychologique de
l’enfant de neuf à dix ans.

Le développement moteur et intellectuel.

a.     Le développement
moteur

La progression motrice
de l’enfant de 9-10 ans se manifeste de plusieurs façons complémentaires :
La coordination des mouvements se développe et on a une maîtrise des mouvements
de l’écriture, une manipulation de certains outils, une exécution de certains
mouvements gymnastiques, une pratiques de la danse…
Pendant cette phase on une croissance de la force, la rapidité, la précision,
l’endurance se développent d’une manière très marquée (jusqu’à 13-15 ans) et se
manifestent dans les jeux de compétition.

Entre huit et onze,
l’enfant commence à apprendre la vie en groupe et donne plus d’importance à la
vie scolaire et s’intéresse à sa mise en valeur (surtout les garçons).

b.    Le développement
intellectuel.

C’est le passage de
l’action intuitive à l’action réelle.
La pensée se détache de la perception momentanée, corrige l’intuition
perceptive et établit des relations objectives qui permettent l’apparition des
notions de conservation et d’invariance.
Apparition du symbolisme et de la conceptualisation (plus passer
systématiquement par le concret).

c. Le
développement affectif

A l’âge de six ans
l’enfant devient indécis, il hésite, il n’est pas constant, il passe de la
gentillesse à la colère.

A  9 ans, c’est l’âge de socialisation, l’enfant
est plus extraverti. Il a le sens de lui-même et de ses droits, il devient plus
stable, dynamique et il commence à différencier entre fille et garçon et
devient plus réaliste.
Il désire améliorer ses capacités, il est moins superficiel qu’avant et il aime
faire des conversations avec les enfants du même sexe, il veut s’appliquer à
des projets et il n’aime pas beaucoup jouer.  

De  9 à 10 ans il l’enfant préfère être dans un
groupe du même âge et il se détache de plus en plus de sa famille.

A 10 ans l’enfant se
trouve un idéal, manifeste un culte pour une personne (star…), il a le sens
de la solidarité. Il se confie à ses amis et leurs donne beaucoup d’importance,
il s’intéresse à son look, à ses vêtements et à sa personnalité et commence à
s’imposer.

 

 

d. Le développement social.

A partir de six ans
l’enfant commence à avoir un comportement social : il respecte les autres,
prend conscience de leurs qualités, il prend préoccupation et collabore avec
les autres.

A partir de huit ans
l’enfant commence à avoir des intentions, à dix ans il devient plus
coopératif,  plus autonome, plus correcte
et plus juste.

 

II.2.2 Base physiologique de l’enfant de 9-10 ans.

 Le développement physique

La plupart des capacités
motrices importantes sont acquises dès 6-7 ans, ce n’est acquis qu’au niveau de
leur plus simple expression. Aussi les changements physiques qui surviennent
entre 6 et 12 ans ils ne sont que de simples affinements de ces capacités
motrices avec l’augmentation de la vitesse d’exécution, l’amélioration de la
coordination, la compétence dans l’exécution de l’activité physique précise.
C’est à cette période qu’il y a des changements hormonaux à 8 ans chez la fille
et à 10 ans chez le garçon.

 Informations
données par le Dr Alain Renault  lors
d’une conférence

·        
Age

·        
Aspect
physiologique et fonctionnelle

·        
Développement
psychomoteur

·        
Aspect
psychologique et social

De
8 à 12 ans

La
croissance se ralentit. Apparition des points d’ossifications : • Des membres
supérieurs permettant la rotation des poignets. • Des membres inférieurs
permettant une locomotion plus vive et active. Les côtes deviennent plus
obliques permettant une plus grande amplitude respiratoire. Augmentation du
volume du cœur et de l’appareil pulmonaire dans une cage thoracique qui
demeure exiguë d’où une gène et une élévation du rythme cardiaque. La force
musculaire est peu développée. Fait preuve d’une certaine endurance mais
dépense son énergie de façon peu économique.

 
L’enfant
âgé de 6 à 12 ans connait des progrès moteurs qui se manifestent par la
coordination de ses mouvements :

Il assure l’équilibre,

Plusieurs choses lui deviennent automatiques et implicites.

Il développe la rapidité, la précision et l’endurance d’une façon
remarquable,
Ce
développement apparait quand il pratique des jeux de compétition.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

L’enfant
âgé de 9 à 10 ans commence à avoir une maturité, il peut construire des
projets pour fixer des buts, il sait comment s’appliquer, il peut aussi être
en mesure de prendre ses responsabilités. Ses émotions sont parfaitement
dominées par lui-même. En social, l’enfant de cet âge peut s’intégrer dans
des groupes et il est capable de participer dans des différentes activités.
 
 
 
 

 

·       
II.3. Elaboration des
Hypothèses.

 

Dans cet ouvrage, nous
analysons de notre mieux les bases fondamentales de la formation des enfants de
9 à 10 ans et de définir les règles et les paramètres conduisant à la
performance et à l’excellence.

Hypothèse 1:

Faire un plan bien étudié pour entrainer des jeunes enfants de 9 à 10 ans,
cela fait aboutir  à la formation de
futurs joueurs capables de donner de bons résultats.

Hypothèse 2:

L’importance d’encadrement qu’accordent les responsables aux jeunes.

Hypothèse 3:

L’aspect tactique et technique utilisé par les formateurs de ces jeunes.

 

III.
MODELE TECHNIQUE ET TACTIQUE.

III.1. Techniques de défense de base.

Les intentions
tactiques individuelles d’un défenseur sont :

 – S’efforcer constamment de regagner la
possession du ballon (intercepter la balle).

– Empêcher constamment
une éventuelle opportunité de marquer un but par l’adversaire. Les moyens
tactiques individuels pour y parvenir sont :

 – Intercepter sur des passes et empêcher des
tirs au but.

 – Observation visuelle constante du joueur en
possession du ballon.

 – Suivre constamment les actions et les
positions des adversaires.

 – Neutraliser/stopper un adversaire.

 En handball, on peut parler de « défense avec
les jambes » : Si un joueur n’a pas un jeu de jambes assez rapide et ne fait
pas de mouvements appropriés, il sera difficile de le qualifier comme un bon
défenseur. Evidemment, le travail des bras est également très important. Dans
beaucoup d’actions défensives, le joueur utilise ses bras (bloquer le ballon,
tacler un adversaire etc.). Un joueur qui agite ses bras peut facilement
réduire le champ de vision de son adversaire qui ne pourra plus voir ses
coéquipiers disponibles.

La position de base
d’un défenseur est la suivante :

 – Les deux pieds sont bien ancrés au sol.

– Les pieds sont
légèrement espacés.

 – Les jambes sont légèrement pliées, on lève
et agite les bras.

 – Le joueur doit avoir un bon équilibre.
Lorsqu’un défenseur se déplace, il est important :

 – d’avoir les jambes légèrement pliées,

– de bouger par petits
pas rapides,

– d’avoir les deux
jambes bien ancrées au sol

– et d’éviter de
sautiller, – de bouger en gardant les jambes parallèles

 – et de ne pas les croiser,

– de lever et d’agiter
les bras,

 – de regarder tout droit devant

– et de ne pas regarder
les pieds.

Le handball est une
activité sportive dynamique qui se caractérise par des contacts corporels lors
de situations de 1 contre 1. Les joueurs doivent apprendre ce qui est autorisé et
ce qui ne l’est pas dans ce genre de situations et quelles sont les techniques
correctes à utiliser. Neutraliser/stopper un adversaire est utilisé lorsqu’un
défenseur souhaite empêcher un attaquant de marquer un but ou de faire une
percée.

 – Se mettre en position de défense de base.

– Faire face à
l’adversaire avec un bon équilibre et une puissance contrôlée.

 – En cas d’un attaquant droitier, faire face à
l’adversaire en mettant le bras gauche sur l’avant-bras de l’adversaire et le
bras droit sur la hanche de l’adversaire. Faire le contraire en cas d’un joueur
gaucher.

 – Faire face à l’adversaire en pliant les
bras.

 – Si l’adversaire tire avec la main droite,
avancer le pied gauche. Par contre, avancer le pied droit, si le joueur lance
le ballon avec le bras gauche.

 – Bouger les pieds si l’adversaire se déplace
vers l’avant ou d’un côté après l’avoir taclé.

 – En cas de contact corporel avec
l’adversaire, essayer immédiatement de récupérer le ballon.

                   

             

Bloquer le ballon avec
les bras est utilisé pour arrêter un tir au but adversaire ou pour aider le
gardien de but en protégeant une partie du but. Pour certains élèves, il est
angoissant de se mettre juste devant l’adversaire prêt à effectuer un tir au but
et de le bloquer avec les bras. Pour cette raison, il est très important non
seulement d’apprendre la bonne technique aux élèves, mais aussi de leur parler
de courage.

– Faire face à
l’adversaire avec un bon équilibre dans la position de défense de base.

 – Essayer d’être au plus près du bras lanceur.

– Utiliser les deux
bras pour bloquer l’adversaire.

 – Les bras devraient être assez proches l’un
de l’autre de manière à empêcher le ballon de passer entre les bras.

 – Plier légèrement les coudes et garder les
bras tendus.

 – Garder les mains et les doigts vers le haut
et les incliner légèrement vers l’arrière.

 – Essayer de bloquer le ballon en utilisant le
creux de la main ou l’avant-bras.

– Fixer le ballon.

 

 

III.2.
Techniques d’attaque de base

Les intentions
tactiques individuelles d’un attaquant sont : être disponible, devenir
disponible, rendre un co-équipier disponible, maîtriser l’adversaire, être à la
recherche d’une opportunité de but, créer de l’espace. Et les moyens tactiques
individuels pour y parvenir sont : attirer l’attention sur ses co-équipiers, se
dé- placer vers un espace libre, attraper le ballon, passer le ballon au bon
moment, faire des feintes et des tirs. Il est évident que les qualités
principales pour jouer au handball sont la faculté d’attraper le ballon et de
faire une passe. Les joueurs doivent être capables de réceptionner le ballon et
de faire des passes dans diverses situations de jeu – en position debout, en
courant, en sautant, sous la pression d’un défenseur et dans les situations
fréquentes de perte d’équilibre. Réceptionner un ballon : En général, le ballon
est réceptionné par deux mains formant une boule, les deux pouces pointant l’un
sur l’autre en partie basse de la boule. Les mains touchent le ballon devant le
corps du joueur qui recule au moment où le ballon est attrapé. En réceptionnant
un ballon en position basse, la boule se tourne de manière à ce que les petits
doigts forment le dessous de la boule.

Faire une passe, un tir
Il est très important que les élèves apprennent dès le départ les bonnes
techniques de base. Sinon, les techniques de tir plus compliquées seront trop
difficiles à apprendre. En handball, le lancer normal utilisé pour faire une
passe et un tir au but se déroule comme suit :

 – Tenir le ballon en hauteur en utilisant le
bras à hauteur d’épaule et le coude incliné à 90°.

 – Tirer le bras lanceur vers l’arrière.

 – Avancer le pied gauche, lorsque le joueur
fait une passe/un tir avec le bras droit. 

–  Avancer le pied droit en cas de bras lanceur
gauche.

 – Avancer le bras lanceur/tireur et finir le
mouvement en tendant le bras.

– Un dernier mouvement
du poignet/des doigts donnera plus de vitesse et la bonne direction au ballon.

 – Pour une passe, un tir plus puissant,
tourner le corps et réception correcte du ballon, réception d’un ballon lancé
en hauteur (entre le torse et la tête)

 • Les bras sont légèrement pliés et se
dirigent vers le ballon.

 • Les mains et les doigts forment un entonnoir
sous forme d’un cœur inversé.

 • Les doigts et les pouces sont écartés.

• Les pouces pointent
l’un sur l’autre.