Premièrement, l’indépendance. Laurier, le premier ministre à

Premièrement, les événements qui se sont passés aussitôt que l’époque de Wilfrid Laurier tout de suite après la confédération canadienne montrent que les Canadiens cherchent l’indépendance. Laurier, le premier ministre à l’époque, a en partie commencé le mouvement vers l’indépendance canadienne des Britanniques, même si c’était par accident. Par exemple, dans le conflit concernant la frontière avec l’Alaska, les canadiens se sont rendu compte que les britanniques étaient seulement là pour promouvoir leurs propres intérêts. Cela a donné lieu à un scepticisme des Canadiens envers les Américains et à un mouvement accru vers l’indépendance canadienne des Britanniques. Même si le Canada a été mal servie par cet accord, le conflit en Alaska a permis au pays de commencer à distinguer ses propres intérêts politiques de ceux de la Grande-Bretagne et des États-Unis. Par exemple, l’amertume des Canadiens à cause de la « victoire » américaine pourrait avoir motivé leur rejet de tout libre-échange avec les États-Unis lors de l’élection de 1911, ce qui était important lorsqu’on examinait la question de la réciprocité. Plus important encore, le conflit a motivé les Canadiens pour contrôler entièrement leur politique extérieure. Irrité par la décision de la commission mixte, le premier ministre, sir Wilfrid Laurier, déclare que le Canada a eu du mal à faire respecter ses droits sur la scène internationale parce que le pays manque d’autorité en matière de négociation de traités. Clairement, après cet événement, les canadiens étaient fatigués d’être contrôlé par les britanniques – on voit un Canada qui sépare de la Grand-Bretagne, et même un premier ministre qui cherche à devenir plus indépendant. Quelques années plus tard, la crise navale a montré encore la volonté canadien d’être indépendant de la Grande-Bretagne. Cette fois, au lieu d’obtempérer simplement à la Grande-Bretagne, on peut clairement voir que les Canadiens ont considéré leurs propres intérêts. C’est évident qu’une propre marine est une étape vers l’établissement du Canada comme un pays indépendant: le Canada peut maintenant faire les décisions concernant la défense national eux-même. Les canadiens commençaient à voir le Canada comme un pays indépendant, pas comme une colonie Britannique.